19159 Fans      1948 Abonnés    3602 Membres
 |  | 

En Auvergne, un millier d’étudiants sont gendarmes réservistes

img-responsive
Stéphanie Monchecourt est une jeune étudiante de Clermont-Ferrand, en deuxième année de droit. Elle est aussi une réserviste expérimentée de la gendarmerie.

La semaine, elle est Stéphanie, 21 ans, étudiante en deuxième année de droit à Clermont-Ferrand. Le week-end, elle est le gendarme Monchecourt, avec trois années de solide expérience derrière elle.

Comme un millier d’étudiants en Auvergne, Stéphanie a décidé d’offrir un peu de son temps libre à l’armée française. Et pour elle, l’engagement remonte quelques mois avant les attentats. « J’ai toujours été attirée par la gendarmerie, mais je voulais voir de mes yeux avant de m’engager. Je me suis dit que devenir réserviste répondrait à mes questions. Et puis, j’aime vraiment la France. Je voulais faire quelque chose pour mon pays. »

Rigueur et solidarité

Quand Stéphanie annonce sa décision à ses parents, ils ont la réaction de tous parents dans ces cas-là : ils s’inquiètent. « Aujourd’hui, ils trouvent que j’ai fait le bon choix. Une fois qu’ils ont compris que je ne partais pas au front avec le GIGN, ça allait mieux », rit encore la jeune gendarme.

Devant sa famille, Stéphanie semble sûre d’elle. Elle doit tenir sa position. Pourtant, elle l’avoue aujourd’hui, elle ne mesurait pas encore tout à fait dans quoi elle s’engageait.

« Je n’avais pas conscience de l’impact que ça aurait sur moi. J’étais très très timide. Au retour de ma première mission – une semaine sur le Tour de France – je n’étais plus timide. » La rigueur, la solidarité, le respect de ses amis aussi (« et de mes propriétaires qui ont été très rassurés que je sois gendarme quand j’ai postulé pour leur appartement »).

Autre surprise de taille : l’habit fait bien le moine. « Je n’avais pas mesuré l’impact de l’uniforme. Une fois enfilé, aux yeux des autres et des miens, je ne suis plus Stéphanie, je suis un maillon de la gendarmerie. »

Pendant les quatre semaines de formation (voir ci-dessous) elle va aussi tenir une arme pour la première fois. « La réalité physique : le poids, le recul, l’odeur de poudre, la force du tir… Ça surprend. »

S’engager pour de bon ? Pas maintenant

Et Stéphanie ne fait pas partie de cette catégorie chassée par la gendarmerie : les cow-boys excités par les armes. Au contraire. « Ça m’a posé des questions philosophiques. La première fois qu’on touche la tête du mannequin, on est content, mais on se dit qu’on aurait tué quelqu’un. »

Aujourd’hui, trois ans après, Stéphanie s’est habituée à tout cela. Et elle n’arrive toujours pas à trouver de défaut à la gendarmerie. « Le plus agréable, en tout cas, c’est de ne pas être inactif. C’est bien beau de refaire le monde, mais mettre les mains dedans… » Entre-temps, les attentats ont renforcé la force de son engagement. Et lui permet d’éviter l’angoisse de rester passif face à la menace.
« C’est bien beau de refaire  le monde… »

Stéphanie s’est aussi découvert un amour pour l’ordre. Sans prosélytisme. « J’aime le côté cadré, mais je sais qu’on ne peut pas exiger cela du civil. De temps en temps, si je vois quelque chose qui cloche dans l’organisation, je le dis, mais ça s’arrête là. »

S’engager pour de bon, l’étudiante y pense. Mais elle veut d’abord finir ses études. Un master au minimum lui sera nécessaire de toute façon pour intégrer la gendarmerie.

En attendant, elle épaule les formateurs pour accompagner à son tour les réservistes. « C’est très dur de commander. J’ai appris énormément sur moi en devant imposer mes choix aux autres. Souvent pour leur bien, contre leur gré. Devenir réserviste m’a fait grandir d’un coup. »

Simon Antony

Contact. Plus d’informations via le Centre d’information et recrutement de la gendarmerie au 04.73.41.38.09.

Étudiant engagé : un dispositif unique

Il y a quelques mois, l’Université Clermont Auvergne mettait en place un dispositif unique en France : le statut d’étudiant engagé.

Loin d’être anodin, ce statut permet des jours d’absence sans sanction. Quelques petits avantages administratifs du même ordre, mais surtout, la possibilité de s’inscrire dans une UE (unité d’enseignement) dédiée à l’engagement. Cette UE compte dans l’obtention de son diplôme et, une fois validée, permet une mention spéciale.

Pour obtenir le statut d’étudiant engagé, il faut bien sûr passer devant une commission, dont le colonel Patrice Martinez fait partie. En charge des réservistes, il est très attentif à ne voir aucun étudiant abuser de leur statut.

D’ailleurs, pour postuler, il faut avoir assuré au moins 37 jours de réserve dans l’année. Stéphanie Monchecourt, avec ses 50 jours, n’a eu aucun souci à devenir étudiant engagé. Ils sont une trentaine dans la région aujourd’hui.

Cette reconnaissance spécifique à Clermont s’ajoute à d’autres aides nationales. « Un réserviste sur cinq est étudiant. C’est important de leur proposer du sens, surtout dans cette période où l’on se sent démuni face à la violence. Les étudiants nous sont fidèles souvent plusieurs années, le temps de leurs études. Et pour la gendarmerie, ils sont souvent notre future élite », explique le colonel Martinez.
Ainsi, chaque réserviste, étudiant, de moins de 25 ans (ayant assuré 37 jours de service) reçoit 100 € par mois. Ainsi qu’un financement de leur permis de conduire, jusqu’à 1.000 € (avec 50 jours de service annuel).

Pour devenir réserviste, les étudiants, comme les autres, doivent suivre une formation de quatre semaines. La prochaine a lieu du 12 au 23 février. Puis, après avoir signé leur contrat et donc en tant que militaire, du 10 au 21 avril.

« Le gros avantage de la réserve de la gendarmerie, par rapport aux autres corps de l’armée, c’est qu’on peut se proposer pour une seule journée, par-ci par-là. Pour les étudiants, c’est important. Et notre maillage sur le territoire est très important, les étudiants n’ont pas à dépenser de l’argent en transport. » En France, 30.000 réservistes le sont dans la gendarmerie. Autant que tous les autres corps de l’armée réunis.

« Surtout, quand j’entends des gens dire que les jeunes ne font rien et se fichent de tout, moi j’ai la preuve inverse tous les jours sous les yeux », conclut le colonel.

Source : https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand/education/puy-de-dome/2018/01/25/en-auvergne-un-millier-d-etudiants-sont-gendarmes-reservistes_12713620.html#refresh

Le ROC

NOUVEAU
Découvrez Le ROC, le Journal du Réserviste Opérationnel et Citoyen :

Numéro 1 (Septembre 2018)
Numéro 2 (Octobre 2018)

Petites annonces