Hérault : 83 nouveaux réservistes opérationnels dans la gendarmerie

Partager sur Twitter | Partager sur Facebook

83 nouveaux réservistes opérationnels de la gendarmerie de l’Hérault, issus de la société civile ou anciens personnels de la gendarmerie ou des autres armées, ont prêté serment devant le président et le procureur de la République du TGI de Montpellier.

Éric Maréchal, président du TGI de Montpellier, Christophe Barret, procureur de la république, et le général Jean-Philippe Lecouffe, commandant adjoint de la région de gendarmerie d’Occitanie et commandant du groupement de gendarmerie départementale de l’Hérault ont intronisé les 83 réservistes. 69 hommes et 17 femmes.

60 % de civils et 40 % d’anciens militaires

La gendarmerie de l’Hérault utilise les services de 400 réservistes (il en existe 25.000 en France avec un objectif de 40.000 en 2018). 60 % sont des civils, 40% d’anciens militaires. Ils interviennent au gré de leur disponibilité et des besoins de la gendarmerie. Pour certains, ce sera moins de dix jours et pour d’autres beaucoup plus.


Réservistes de la gendarmerie

Ces réservistes sont habilités, suite à cette assermentation, à exercer de nouvelles prérogatives, telles que constater et relever certaines infractions notamment au code de la route, assister les officiers et agents de police judiciaires dans leurs prérogatives, ou encore apporter leur expertise. Seules sont exclues, de leurs prérogatives, les compétences spécifiques liées à la police judiciaire.

Un “effet attentat”

“Votre rôle est de préserver la paix civile. Vous êtes les défenseurs de tous et de la loi,” précise Christophe Barret. Le procureur de la République du TGI de Montpellier note une nette augmentation de candidats à l’intégration de la réserve opérationnelle de la gendarmerie. Il y a un “effet attentat”: “Beaucoup de personnes sont animées par un esprit citoyen. Elles veulent se rendre utiles dans cette période de tension.”

Rien ne différencie un réserviste d’un autre gendarme

Rien ne différencie un réserviste d’un autre gendarme, ils portent la même tenue et le même équipement. Et depuis la loi du 28 février 2017 sur la sécurité publique, les réservistes peuvent également utiliser leur arme dans les mêmes conditions que les gendarmes d’active.

Source : http://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/montpellier-metropole/montpellier/montpellier-80-reservistes-gendarmerie-assermentes-1222367.html

Comments are closed.