19159 Fans      1948 Abonnés    3602 Membres
 |  | 

Pays de Bray. Et si vous deveniez réserviste pour la gendarmerie ?

Devenir réserviste de la gendarmerie, c’est avant tout servir les autres. La gendarmerie recrute notamment dans le pays de Bray. Pourquoi pas vous ?

Dans la vie de tous les jours, ils sont électriciens, ambulanciers, ou étudiants. Ils ont fait le choix de devenir réserviste pour la gendarmerie. Sur le terrain, aucun signe extérieur ne les distingue des gendarmes de métier. Ils viennent soutenir les effectifs des brigades territoriales.

Régulièrement un peloton de  réservistes tourne sur le secteur de la compagnie de Neufchâtel. Ils sont encadrés par le major Christophe Delahousse. Aujourd’hui en retraite, il a choisi de  «  ne pas couper net » avec son métier de gendarme qu’il aimait. « C’est aussi une manière d’apporter mes compétences, d’encadrer les jeunes qui arrivent tout en continuant de servir mon pays ».

« Envie de me rendre utile »

La semaine dernière, ils venaient en appui à la brigade de Gournay. Cette semaine,  sur le secteur de la brigade autonome de Forges. Parmi eux, Cynthia âgée de 27 ans Elle  est serveuse et habite Grand-Quevilly. Elle a rejoint les rangs de la réserve en janvier après être passée par la préparation militaire gendarmerie (PMG). « Cela faisait un moment que j’y pensais. L’attentat de Nice a été le déclencheur. J’avais envie de me rendre utile, d’aider les gens en venant en aide aux gendarmes ». Si elle le souhaite, elle pourra passer les concours internes de la gendarmerie après une année dans la réserve. Un atout professionnel qui n’est pas à négliger.

À ses côtés, il y a Jérôme, 34 ans, électricien de Saint-Etienne de Rouvray, Camille, 21 ans étudiante de Rouen ou encore Luc, âgé de 47ans, habitant de Forges-les-Eaux. C’est le seul qui soit « local ». Et c’est là que le bas blesse.

Un manque dans le pays de Bray

Au total, 650 recrues se sont portées dernièrement volontaires en Seine-Maritime et dans l’Eure. Mais ce n’est pas suffisant. La répartition des recrutements n’est pas homogène. Il y a beaucoup de réservistes dans le milieu urbain. Mais dans les campagnes, les candidatures sont plus faibles. Faire venir un réserviste qui habite Le Havre, Dieppe ou Caen pour une mission à Forges, Gournay, Aumale, Blangy-sur-Bresle ou Neufchâtel en Bray n’est pas facile.

Le pays de Bray est largement en dessous de la moyenne nationale en ce qui concerne le recrutement de réservistes. L’idéal serait des recrutements locaux. D’autant que la proximité du pays de Bray avec l’Oise et la région parisienne appelle à plus de vigilance.

Les missions du réserviste

Les missions sont multiples et identiques à celles du gendarme, à l’exception de la rédaction des procès-verbaux et des actes de police judiciaire. Les réservistes effectuent souvent des missions de sécurité publique.Chaque mission est rémunérée.

A LIRE AUSSI : Où se renseigner ?

Devenir réserviste

Il faut remplir certains critères de moralité, ne pas avoir de casier judiciaire, de santé, être âgé au minimum de 17 ans. Après une formation continue de trois à quatre semaines, des stages de perfectionnement sont de rigueur. Les futurs réservistes apprennent les règles de vie militaires, le maniement des armes avec lesquelles ils seront équipés, mais aussi les actes réflexes, la sécurité.

Ce n’est qu’ensuite qu’ils seront autorisés à prêter main-forte aux militaires d’active.

Source : http://www.leclaireur-ladepeche.fr/2017/03/09/recrutement-et-si-vous-deveniez-reserviste-pour-la-gendarmerie/

Le ROC

NOUVEAU
Découvrez Le ROC, le Journal du Réserviste Opérationnel et Citoyen :

Numéro 1 (Septembre 2018)
Numéro 2 (Octobre 2018)

Petites annonces