18777 Fans      1770 Abonnés    3402 Membres
 |  | 

Pays de Gex : la gendarmerie recherche des réservistes

img-responsive

David Grandemange, commandant de la compagnie de gendarmerie de Gex, qui couvre un vaste territoire, allant de Nantua à Divonne-les-Bains, souhaite recruter des volontaires locaux pour garnir les rangs de la réserve opérationnelle.

Une dizaine de réservistes sont actuellement domiciliés sur le territoire de la compagnie de gendarmerie de Gex, « alors qu’il en faudrait une quarantaine », selon le commandant Grandemange.

En quoi la réserve est-elle utile ?

La réserve opérationnelle de la gendarmerie renforce ponctuellement les unités d’active et les structures de commandement. Les réservistes contribuent à la sûreté publique (garantir la protection des personnes et des biens, renseigner, alerter et porter secours) et à la bonne exécution des lois.

Pour quelles missions ?

Armés, ils participent notamment au service quotidien des unités (patrouille de surveillance, contact avec la population, aide, conseil et secours), à des services d’ordre (manifestations sportives ou culturelles), à des dispositifs de recherches, à des missions de sécurité publique ou de lutte contre la délinquance, à des mesures exceptionnelles de sécurité telles que le plan Vigipirate, à la gestion des conséquences des catastrophes naturelles, accidentelles ou provoquées, à l’encadrement des sessions de JDC ou de formation des réservistes. Titulaires d’une carte professionnelle, ils sont employés en moyenne une trentaine de jours par an, en fonction de leurs disponibilités. « Cette durée peut être étendue jusqu’à 90 jours, en période exceptionnelle, durant l’Etat d’urgence, par exemple, précise le commandant Grandemange. Les réservistes bénéficient d’une formation initiale de 15 jours et d’une formation continue dans le domaine du tir, afin de maîtriser l’arme à feu, à raison de deux rendez-vous par an. Durant leurs missions sur le terrain, ils sont toujours encadrés par des gendarmes d’active (professionnels Ndlr). »

Les conditions de rémunération

Les officiers, sous-officiers et militaires du rang de réserve peuvent servir soit en unités territoriales, soit en état-major. Ils bénéficient d’une formation continue qui peut leur permettre d’accéder aux grades supérieurs. En fonction de son grade, le réserviste célibataire, sans enfant à charge, gagne entre 53 € (pour un gendarme adjoint) et 183 € (pour un colonel) par jour. Cette rémunération peut évoluer en fonction de sa situation de famille.

Quel profil de recrutement ?

« On fait appel à un réserviste pour une journée de 8 heures, explique le commandant Grandemange. Quelqu’un de Trévoux a 4 heures de route aller-retour pour venir à Gex. Ce n’est pas intéressant pour lui. » D’où son souhait de recruter des volontaires domiciliés sur le territoire de la compagnie. « Ils peuvent être artisans, salariés, étudiants, retraités de la gendarmerie, de la police ou de l’armée… Ils nous seraient très utiles, notamment pour patrouiller et lutter contre les cambriolages. »

Petites annonces