18823 Fans      1803 Abonnés    3453 Membres
 |  | 

Réservistes : 83 nouveaux gendarmes ont prêté serment

img-responsive

« Un engagement au service de la loi et de nos concitoyens » : vendredi, 83 nouveaux réservistes ont prêté serment devant l’autorité judiciaire au tribunal de grande instance -TGI- de Montpellier, après l’obtention de leur examen de formation en qualité d’agent de police judiciaire adjoint, APJA.

L’assermentation s’est déroulée en présence du colonel Frédéric Laurent, commandant en second du groupement de gendarmerie de l’Hérault, du colonel Christophe Chesa, conseiller régional de la réserve, ainsi que leur famille. Chacun de ces 61 hommes et 22 femmes s’est engagé à être loyal, digne, dévoué au bien public, à faire preuve de prudence et d’impartialité.

Jacques-Philippe Redon, le procureur de la République adjoint, a évoqué le geste héroïque du feu colonel Arnaud Beltrame, lors des récents événements sanglants de Carcassonne et de Trèbes, dans l’Aude et à témoigné du soutien de la justice à la gendarmerie. Le groupement de gendarmerie départementale de l’Hérault compte 563 réservistes opérationnels, pour un total de 29’341 au niveau national.

Un engagement de remplir au mieux sa mission

L’assermentation est un engagement de remplir au mieux sa mission et de relever, en toute objectivité, ce que l’on sait des circonstances de faits. Le serment prêté par le gendarme solennellement devant l’autorité judiciaire, gardienne des libertés individuelles, est le symbole fort de cet engagement.

La prestation de serment est donnée selon une formule spécifique devant le président du tribunal de grande instance : « Je jure de bien et loyalement remplir mes fonctions, d’observer les devoirs et la réserve qu’elles m’imposent. Je me conformerai strictement aux ordres reçus dans le respect de la personne humaine et de la loi. Je promets de faire preuve de dévouement au bien public, de droiture, de dignité, de prudence et d’impartialité. Je m’engage à ne faire qu’un usage légitime de la force et des pouvoirs qui me sont confiés et à ne rien révéler ou utiliser de ce qui sera porté à ma connaissance lors de l’exercice de mes fonctions. ».

Un précieux renfort

Les réservistes opérationnels de la gendarmerie constituent un précieux renfort auprès des unités. Lors de ses réquisitions, Jacques-Philippe Redon a tenu à féliciter les réservistes pour leur engagement et à souligner le lien fort qui existe entre les forces de sécurité et l’institution judiciaire. Il a ainsi rappelé la portée de la prestation de serment qui inscrit l’action des services opérationnels dans la mise en œuvre du droit, la protection de la loi, la garantie de la même sécurité à chacun des citoyens et la préservation des valeurs de la République. Il a, par ailleurs, rappelé la mission générale de préservation de la paix civile dont chacun est investi et les principes régissant leur engagement : loyauté, dévouement au bien public, impartialité, secret professionnel et usage de la force avec discernement et sens de la mesure.

>> Pourquoi ils sont réservistes

Alexia, 40 ans, réserviste depuis octobre
Cette assistante administrative de 40 ans est une citoyenne engagée : bénévole au sein d’une association agréée de Sécurité Civile, elle est également équipière-secouriste et formatrice 1ers secours (PSC1). Ayant dû renoncer à intégrer la gendarmerie à ses 20 ans, elle a désormais l’opportunité de servir lors de ses périodes de réserve, soit en participant aux missions quotidiennes des unités de gendarmerie (police route, sécurisation, surveillance…), soit en formant aux premiers secours les personnels de gendarmerie.

L’assermentation revêt avant tout, pour elle, une valeur symbolique dans la promesse solennelle de respecter les règles déontologiques inhérentes aux missions exercées. Sensible à la démarche d’Alexia, son employeur souhaite mettre en place un partenariat réserve-entreprise-défense.

Stéphane, 30 ans, réserviste depuis octobre
Stéphane, pharmacien, s’était déjà intéressé à la réserve « sans franchir le cap ». Sensible à l’appel à la mobilisation des Français lancé par le ministre de l’Intérieur au lendemain de l’attentat de Nice, il a souhaité s’engager dans une démarche d’aide et de solidarité en renforçant les forces de sécurité dans le cadre de la réserve. Sapeur-pompier volontaire à Montpellier depuis 2014, il a toujours été impressionné par l’efficacité et le professionnalisme des militaires de la gendarmerie, aux côtés desquels il a pu intervenir sur le terrain à plusieurs reprises. C’est donc naturellement vers la réserve de la gendarmerie nationale qu’il s’est tourné.

Satisfait de la formation qui permet l’apprentissage de nombreuses compétences techniques ainsi que le partage de valeurs essentielles comme la cohésion, le respect et la discipline et des missions de prévention menées sur le terrain qui lui donnent le sentiment d’être utile et crédible pour soulager les effectifs des gendarmes de l’active, il pourra désormais gagner en autonomie et en compétences en matière de sécurité routière et de police judiciaire, grâce à l’assermentation.

Quentin, 27 ans, réserviste depuis novembre
Animé par un sentiment de patriotisme et par une volonté d’aider, Quentin s’est engagé pour soulager les unités d’active fortement sollicitées. Attiré par l’hétérogénéité des missions accessibles aux réservistes, il s’est engagé auprès de la gendarmerie pour contribuer à la police de la route, la lutte contre la criminalité ou encore la surveillance
Son engagement en tant que réserviste lui permet d’équilibrer son travail en laboratoire avec une activité de terrain, cette dernière sollicitant des compétences nouvelles, que ce soit de la réactivité ou de la résolution de conflit, compétences enrichissantes tant personnellement que professionnellement.

La réserve de gendarmerie n’est pas le seul engagement de Quentin puisqu’il est également fortement impliqué dans une association agréée de sécurité civile, en tant que maitre-chien de recherche de personnes disparues. L’assermentation représente, pour lui, un moyen d’apporter un soutien plus efficace aux militaires d’active lors des missions de réserve.

Gérald, 39 ans, réserviste depuis août
Marqué par les événements qui ont frappé la France, Gérald a souhaité s’engager dans la réserve pour soutenir le travail des forces de l’ordre dans certains domaines et leur permettre de se « recentrer sur des actions nécessitant des moyens humains plus particulièrement qualifiés ».

Animé par un fort esprit d’équipe et l’envie de faire quelque chose d’utile pour la France, Gérald s’est tout naturellement tourné vers la gendarmerie afin d’être au plus près des citoyens. L’assermentation constitue, pour lui, un palier obligatoire : plus autonome, il est désormais en pleine capacité d’exercer les diverses missions d’un gendarme.

Leïla, 22 ans, réserviste depuis novembre
En apprentissage depuis septembre 2016 au cabinet du commandant adjoint de la Région de gendarmerie d’Occitanie dans le cadre de son BTS Assistant de manager, Leïla a souhaité s’engager en tant que réserviste afin découvrir le volet opérationnel de la gendarmerie et de connaître davantage l’activité et la culture de l’Institution pour laquelle elle travaille.

L’assermentation constitue, pour elle, un moment fort et important, traduisant la reconnaissance à la fois de son engagement et de son statut de gendarme puisqu’elle sera pleinement capable d’en exercer les missions.

Jean Marc AUBERT

Source : https://e-metropolitain.fr/2018/04/11/reservistes-83-nouveaux-gendarmes-ont-prete-serment/

Petites annonces