17531 Fans      1360 Abonnés    2985 Membres
 |  | 

Saint-Martin : aux côtés des réservistes de la Garde Nationale

img-responsive

Ils ont fait le choix de venir en aide à l’île blessée. Nous les avons suivis.

Ils sont fonctionnaires, chefs d’entreprise, apiculteur, chauffeur de taxi ou demandeurs d’emploi. Soit 146 hommes et femmes qui patrouillent actuellement dans les rues de Saint-Martin, trois mois après le passage de l’ouragan Irma, arme à la ceinture et gilet pare-balles sur le dos, siglé gendarmerie.

Tous sont membres de la réserve opérationnelle de la gendarmerie nationale (ROGN). Un corps méconnu, remis en lumière l’année dernière lorsqu’il a été intégré à la garde nationale voulue par François Hollande. « Ces trois dernières années, nous sommes passés de 24 à 30 000 personnes, relève la générale Anne Fougerat, patronne de cette ROGN. Nous avons enregistré une vague de candidatures sans précédent dans la foulée des attentats de Nice. »

Concrètement, une fois formé, le réserviste a droit à 5 jours annuels de mobilisation. Pour une durée plus longue, il doit négocier de gré à gré avec son employeur. « La plupart jouent le jeu, constate le général Jean-Marc Descoux, chef de la gendarmerie de Guadeloupe et des îles du Nord. C’est aussi une façon pour eux d’être solidaire. » « La démarche est expérimentale, résume le capitaine Nicolas, à la ville directeur régional d’un établissement public. On embarque avec nous nos familles, et nos collaborateurs. »

Fin de leur mission fin décembre ou début janvier

Lui était jusque-là resté discret sur ce « jardin secret. » Lorsqu’il a su qu’il était retenu pour partir trois mois ou plus à Saint-Martin, il a finalement improvisé un pot de départ. Un déploiement de réservistes d’une telle ampleur, qui plus est en outre-mer, est en effet une première. « C’est exceptionnel, note l’adjudant Pierre, responsable d’exploitation d’une société d’import-export. Quand nous avons vu l’ampleur des dégâts, et cette île comme touchée par un bombardement, nous avons compris pourquoi. »

3 mois après Irma, Saint-Martin attend les assurances pour reconstruire

Déployées fin septembre pour la première, fin octobre pour la seconde, ces deux compagnies de réservistes de 73 gendarmes chacune quitteront l’île respectivement fin décembre et fin janvier. Elles seront ensuite remplacées par des réservistes de Guadeloupe. Tous sont rémunérés par l’Etat, et majoritairement en congé sans solde de leur emploi habituel. « Ils ne viennent pas pour la gamelle, nuance cet officier. Mais parce qu’ils partagent nos valeurs, et sont persuadés qu’ils peuvent être utiles à la société. »

S’ils ne sont pas en première ligne lors des interventions, ces réservistes patrouillent au plus près de la population. « Venant eux-mêmes de la société civile, ils sont les mieux à même de discuter avec les habitants », complète ce même gradé.

Source : http://www.leparisien.fr/faits-divers/saint-martin-aux-cotes-des-reservistes-de-la-garde-nationale-05-12-2017-7433724.php