17494 Fans      1349 Abonnés    2964 Membres
 |  | 

Sissonne : Ils s’engagent sans réserve

Quatre-vingt treize Picards viennent de terminer leur formation et sont réservistes de la gendarmerie.

L’ambiance est à l’émotion ce samedi matin dans la cour d’honneur du centre d’entraînement aux actions en zone urbaine de Sissonne dans l’Aisne. Dans quelques instants, 93 Picards de l’Aisne, l’Oise, et la Somme, vont recevoir l’insigne qui fait d’eux de nouveaux réservistes opérationnels de la gendarmerie nationale. Ils viennent ainsi rejoindre la Garde nationale mise en œuvre après les attentats dont la France a été la cible.

Pour en arriver là, ils ont dû prendre sur leur temps libre pour se former 24 jours en tout, répartis en deux sessions. Pendant ces deux périodes, les futurs réservistes ont appris à se servir d’une arme, à se défendre en cas d’agression, à effectuer des contrôles dans un cadre légal. Ils auront aussi appris les valeurs du vivre ensemble, de la cohésion, valeurs essentielles de l’armée car, bien que rattachés au ministère de l’Intérieur, les gendarmes restent des militaires.

Stéphane, 36 ans, agent de maîtrise à Saint-Quentin, réalise un rêve : «  Je voulais être utile et donner un nouvel exemple à mes enfants.  » Evan 18 ans, originaire de Compiègne, vient d’avoir son bac. C’est le moment pour lui de s’interroger sur son futur : « Pour moi, c’est un bon moyen de découvrir le métier de gendarme et de voir si je peux éventuellement me présenter au concours des écoles de sous-officiers.  »

« La volonté d’être au service des autres, de les protéger, et de les respecter, dans un contexte particulièrement tendu après les attaques dont le pays a été la cible »

Colonel Mathieu Frustié

Océane a 19 ans. Elle est étudiante à l’institut de formation aux soins infirmier à Amiens : «  Depuis petite, j’hésitais entre deux métiers, infirmière et gendarme. Aujourd’hui, je peux faire les deux. Que du bonheur.  » Philippe a 35 ans. Il est préparateur de commandes à Château-Thierry. La gendarmerie, il en rêvait depuis longtemps mais le cheminement a parfois été difficile. «  C’est un rêve d’enfant. La première fois que j’ai voulu rentrer en gendarmerie j’étais trop petit. Et puis, il y avait l’âge mais ces deux barrières ont été levées. Je suis ici parce que j’adhère totalement aux valeurs de la gendarmerie.  »

Ces valeurs, le colonel Mathieu Frustié, commandant en second de la gendarmerie de Picardie les a rappelées. «  Elles sont constituées de la volonté d’être au service des autres de les protéger, et de les respecter, dans un contexte particulièrement tendu après les attaques dont le pays a été la cible.  »

Des valeurs que les nouveaux réservistes vont mettre en pratique dès aujourd’hui, sur le bord des routes de Picardie, dans les villes et villages lors des opérations de sécurisation ou encore lorsqu’il faudra intervenir pour régler un différend familial.

Autant de missions qui constituent le pain quotidien des gendarmes. Aujourd’hui, la Picardie compte environ 900 gendarmes réservistes. D’ici 2018, en application des directives gouvernementales, ils seront 1 5OO.

Georges Charrières

Source : http://www.courrier-picard.fr/46673/article/2017-07-29/ils-sengagent-sans-reserve