A Clermont, la double vie d’Anne-Lise Rocher, prof et gendarme

15 janvier 2020 - 18:33Partager sur Facebook (87)Partager sur Twitter (81)

La lieutenante Anne-Lise Rocher est la première femme de Picardie à prendre le commandement d'une réserve de gendarmerie. Quand elle ne gère pas 71 réservistes, elle est professeure de lettre dans le civil.

Anne-Lise Rocher le concède volontiers : elle est « un peu hyperactive ». « S'il y a une chose que je ne sais pas faire, c'est me reposer. La seule pause, c'est le vendredi, à la piscine. » Alors, quand il a fallu choisir entre ses deux rêves d'enfant, l'armée ou l'enseignement, la décision n'a pas été longue. Ce sera les deux.

Professeure de français au collège Debussy à Margny-lès-Compiègne dans le civil, cette femme de 39 ans est aussi lieutenante dans la réserve de gendarmerie. A la tête de la compagnie de Clermont et de ses 71 réservistes depuis novembre, elle est la première femme à obtenir pareil poste en Picardie. Une double casquette qui sied parfaitement à celle qui se plaît à changer de costume, à passer « de la robe au treillis », et qui lui a valu les honneurs lors d'une cérémonie, vendredi.


La réserve opérationnelle - constituée de volontaires issus de la société civile ou d'anciens militaires qui viennent en appui des gendarmes dans leur mission en fonction de leur disponibilité - Anne-Lise Rocher l'a rejointe en 2009. À l'époque, la jeune femme alors âgée de 28 ans occupe des postes de professeure de français dans différents établissements d'Ile-de-France.

« Ça me titillait depuis longtemps, se remémore-t-elle. Mon métier ne me suffisait pas, il fallait que je fasse autre chose et la réserve m'a semblé être un bon compromis. » De ses débuts du côté de la compagnie de Rambouillet (Yvelines) à Clermont, Anne-Lise Rocher gravit les échelons et passe le concours pour devenir officier. Sa détermination ne passe pas inaperçue auprès de ceux qui l'ont côtoyée, à l'image de cet autre commandant de réserve qui salue son « sens de l'engagement, du service ».

«Stricte mais juste»


Désormais lieutenante, elle s'est éloignée du terrain pour gérer les réservistes sous ses ordres. « Je m'occupe des candidatures, des notes de service, du personnel disponible à qui je propose des missions sur demande de la compagnie », détaille-t-elle.

Auprès de ses troupes, cette spécialiste d'Albert Camus a rapidement gagné un certain respect. « Elle est très appréciée, relate le gendarme adjoint de réserve Corentin Hanquez. Elle est stricte mais juste. C'est une commandante qui a du bagout et de l'expérience mais qui est aussi très humaine et ouverte, et avec qui il est facile de dialoguer ».

Des traits de caractère que l'on retrouve également dans la bouche de ses élèves de 5e. « Elle est autoritaire quand il le faut mais c'est une prof très douce, affirme Britany, 12 ans. Et surtout, on peut facilement communiquer avec elle. »

«Avoir un visage féminin, ça donne un coup de peps»


Une « prof géniale et pas comme les autres », dont l'amour de la littérature a parfois aidé à résoudre des situations complexes. « Un jour, nous intervenions au domicile d'une femme qui menaçait de se jeter par la fenêtre. Sur sa table de chevet, il y avait un livre de Virginia Woolf, que j'avais étudié pour l'agrégation, raconte la lieutenante. J'ai commencé à lui en parler, ça l'a apaisée, ce qui a permis à un autre gendarme de fermer la fenêtre et de la mettre en sécurité. »

« À la réserve, nous avons des profils divers et variés, mais c'est vrai que d'avoir un visage féminin à la tête d'un commandement, ça donne un coup de peps, commente le lieutenant-colonel Sébastien Metz. Mais au-delà de ça, c'est surtout une personne très motivée, intelligente et dynamique. »

« Je ne suis pas foncièrement féministe mais ça reste une petite victoire, réagit la réserviste. C'était surtout une question de reconnaissance. C'est peut-être orgueilleux mais ça prouve qu'on peut tous y arriver car, comme dirait Hegel : Rien de grand ne s'est fait sans passion. »

Par Benjamin Derveaux

Source et photo(s): http://www.leparisien.fr/oise-60/a-clermont-la-double-vie-d-anne-lise-rocher-prof-et-gendarme-15-01-2020-8236974.php

Partager sur Facebook (87)Partager sur Twitter (81)
← Retour aux actualités