Réservistes et drones contre les traversées

16 février 2020 - 08:00Partager sur Facebook (105)Partager sur Twitter (95)

C'est une nouvelle opération de communication qui a été menée ce vendredi au cran d'Escalles par la gendarmerie et le sous-préfet de l'arrondissement Michel Tournaire, mais indispensable pour marteler le message des autorités qui ne souhaitent pas relâcher la pression dans la lutte contre les traversées par bateau vers le Royaume-Uni. Le lieu n'avait pas « été choisi au hasard, dixit le sous-préfet, tant il est stratégique pour les départs », la distance entre la France et l'Angleterre étant la plus courte à cet endroit (à peine une trentaine de kilomètres).

70 kilomètres de côte à surveiller

Ce sont donc les réservistes, mis à contribution depuis 2019, qui œuvrent au quotidien pour découvrir du matériel, discuter avec la population, tenter d'interrompre des tentatives de prendre la mer. Le jour, six gendarmes balaient le secteur entre Escalles et Wimereux, ils sont quatorze la nuit avec l'appui de la gendarmerie mobile. La brigade nautique est également sollicitée sur un territoire couvert 24heures sur 24 le long d'une bande côtière de 70 kilomètres au total entre Oye-Plage et Merlimont (avec des secteurs police entre deux). « Le lien avec la population est primordial, estime le réserviste Lucien Fournier, originaire de Guînes. Il arrive que des gros passeurs tentent de louer des maisons sur Wissant ou autour pour avoir de la discrétion. C'est là où la population peut nous renseigner. » La surveillance, ces derniers mois, s'est également axée sur le réseau de bus interurbain, « entre Boulogne, Calais et Dunkerque, poursuit le sous-préfet, mais aussi des opérations coup de poing dans les transports calaisiens et les gares ».

« Les réseaux de passeurs sont très bien organisés, ils s'adaptent selon la météo, ils observent les rotations des ferries »

Pour autant, de nombreuses traversées aboutissent. La semaine dernière, en l'espace de deux jours, 192 migrants ont profité d'une mer calme pour rejoindre les côtes anglaises. « En 2019, 127 tentatives avaient été un échec, 173 avaient réussi, développe Michel Tournaire. Cette année, la tendance s'est inversée [sans pour autant que des chiffres soient avancés]. » Des moyens supplémentaires sont-ils nécessaires ? « Les réseaux de passeurs sont très bien organisés, ils s'adaptent selon la météo, ils observent les rotations des ferries. Nous réajustons le dispositif en fonction des méthodes des passeurs. Tout ne peut pas être fait, mais la surveillance est adaptée, notamment lorsque les conditions de traversée sont meilleures. »
Florent Caffery

Source et photo(s): https://www.nordlittoral.fr/34972/article/2020-02-16/reservistes-et-drones-contre-les-traversees

Partager sur Facebook (105)Partager sur Twitter (95)
← Retour aux actualités